Une oeuvre diverse pourtant si cohérente

Ulysse et Nausicaa Tableau avec lequel Jean VEBER concourut pour le prix de Rome en 1988

Ulysse et Nausicaa Tableau avec lequel Jean VEBER concourut pour le prix de Rome en 1888

Jean Veber tenait avant tout à ce statut de peintre.
Il s’y consacra tout au long de sa carrière.

 

En 1897, Anatole FRANCE écrivait « Rassemblée, l’oeuvre de Jean Veber apparaît merveilleusement diverse et variée. » Mais il en ressort une réelle cohérence due au trait si particulier et identifiable de l’artiste. Jean Veber est l’un des rares artistes à avoir su traduire en peinture l’univers si reconnaissable de ses dessins.

 

 

 

Jean VEBER échoua au prix de Rome en 1888 ; cette année-là le prix ne fut pas décerné. Après les Beaux-Arts, il traita essentiellement des sujets classiques puis évolua rapidement tant dans sa thématique que dans son style.
Dès 1890, il est présent au salon des artistes français du Petit Palais. En 1892, son « Saint Siméon Stylite » y est remarqué et obtient une mention honorable. Pour Raymond Bouyer, ce tableau marque « l’acheminement de l’écolier vers l’artiste ».
Les caricatures lui apportèrent la reconnaissance et un public qui apprécia également sa peinture.  A partir de 1898, il reçut beaucoup de commandes de portraits. Ses tableaux féériques étaient également très recherchés. Ce succès lui assura une belle aisance financière.
Il poursuivit néanmoins une peinture  parfois allégorique, mais toujours très personnelle et originale, qu’il exposait lors des salons.
En 1898, les visiteurs à l’occasion d’expositions disaient « C’est du Jean Veber . » Jean Lorrain dans « Fards et Poisons » parle d’un   « château à la Jean Veber ».
Il y eut 2 expositions particulières de ses œuvres, l’une à la galerie Georges PETIT en 1897 et l’autre à la galerie ALLARD en 1911, ainsi qu’une rétrospective au Petit Palais en 1930.

 

 

 

Il semble presque impossible d’établir un catalogue raisonné des peintures de Jean Veber, qui se divisent pour une moitié en portraits et pour une autre en tableaux fantastiques ou sociaux. Conformément à sa volonté, ses oeuvres furent dispersées après sa mort lors de 2 ventes aux enchères publiques en 1936 et 1938.
Nous sommes toujours à la recherche d’ images de ses tableaux et nous remercions d’avance infiniment tous ceux qui pourraient nous apporter leur concours.

 

PORTRAITS

FEERIES

AUTRES TABLEAUX

Publicités

Une réflexion sur “Une oeuvre diverse pourtant si cohérente

  1. C’est un artiste que j’ai découvert, par hasard, avec ses dessins « Les maisons ont des visages ». C’est absurde comme Magritte ou le dictionnaire des idées reçues de Flaubert mais aussi très réaliste. En fait, dans toutes ces oeuvres, il y a toujours plusieurs degrés de lecture et cela m’amuse toujours…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s